le blog de SOiZiC PERRAULT

Vice-présidente du conseil départemental du Morbihan, conseillère départementale du canton de Pontivy - Baud ~ conseillère municipale et communautaire ~ Professeure d'économie & gestion commerciale

L'agenda 21 de la ville de Pontivy : un produit de marketing politique ?

Depuis quelques mois je participe en tant que membre d’association de parents d’élèves à l’Agenda 21 de la ville de Pontivy. Je voulais apporter ici mon point de vue au bout de quelques mois de participation et en sortant ce soir de la réunion du 6 Octobre à la mairie.

L’objectif d’un Agenda 21 est de construire, avec les acteurs locaux, un plan d’actions pour un développement durable autour de 5 finalités : lutte contre le changement climatique, préservation de la biodiversité, cohésion sociale, épanouissement humain, développement de modes de production et de consommation responsables.  Cet outil d’action publique permettrait de différencier ce qui relève du discours dans un contexte où le développement durable est devenu un slogan à la mode, et ce qui correspond à de réelles avancées en matière de développement local. 

Quelles sont les limites de cette démarche d’action publique à Pontivy ?

Cet outil implique une vision à long terme du territoire qui est peu compatible avec la durée d’un mandat électoral. Dès lors, pour rendre cet outil pérenne et crédible auprès de nos concitoyens, il est important que certaines actions visibles, concrètes, soient menées à court terme dans l’intérêt purement électoraliste. Par ailleurs, cet outil a quand même l’avantage d’être évolutif : ses objectifs, son ambition, ses moyens d’action peuvent être revus en continu et ajustés chemin faisant et surtout en fonctions des rapports annuels et des indicateurs d’évaluation.

 L’agenda 21 est à la base une démarche volontaire de la municipalité ce qui de ce fait plaide en faveur de sa singularité. Mais j’en viens à penser que c’est une démarche  un  « état d’esprit » un peu trop standardisé d’abord devant la montée en puissance de documents de cadrage nationaux ou de politiques normatives (car certains financements peuvent être conditionnés à l’élaboration d’agendas 21) et puis dans l’influence apporté par le bureau d’étude chargé de conduire le projet.

 Un agenda 21 est une démarche longue et lourde et couteuse pour le contribuable, qui prend du temps et qui devrait donc mobiliser tous les acteurs de la commune. Dans les faits, on constate qu’il mobilise toujours les mêmes : C’est louable bien entendu, je ne voudrais surtout pas décourager l’envie d’agir. Mais ce qui me gêne  essentiellement c’est la présence trop nombreuse des membres de la majorité au conseil municipal. Dès lors, quel est alors l’intérêt d’une telle démarche ? Si ce n’est que dresser un « autoportrait» élogieux de la ville. Il est alors difficile dans ce cadre de dégager une autre vision des problématiques locales, ni produire du conflit car il n’y a pas d’enjeux à concilier ou trop de sujets tabous.

Autre limite de l’exercice, la tentation de braquer ces outils agenda 21  uniquement sur le volet environnemental plutôt que de travailler sur les problématiques sociale et surtout économique de notre ville. La problématique sociale est  là un sujet tabou dans par exemple  l’accompagnement des personnes en rupture sociale. Côté entreprises, mon point de vue diverge vraiment avec le groupe, en particulier, dans le  soutien à l’agriculture raisonnée et les Industries agro alimentaires. Pour moi,  si nos entreprises ne sont pas parties prenantes de l’avenir de notre ville, c’est la mise à mort du territoire. Aujourd’hui à Pontivy 80% des emplois sont dans les services marchands et non marchands … Quel avenir alors, pour nos services publics, administrations, commerces, les jeunes, les chefs d’entreprises … si n’emploi n’est pas dynamique et fort. La ville de Pontivy doit impulser, rayonner et soutenir plus que jamais soutenir l’agriculture raisonnée, les entreprises agro alimentaires et tous les emplois induits.

 L’agenda 21 sera-t-il un levier pour la mobilisation de nos concitoyens ?

L’agenda 21 Pontivyen a permis d’innover en matière de participation cf. Le site de la ville  http://www.pontivy.eu/agenda21/  des actions innovantes ont été mises en place sur la ville (Rand’ eau, journée éco-citoyenne …) Mais le risque est grand que la dynamique participative générée lors de l’élaboration du projet retombe une fois ce dernier validé par les élus.  Et puis au-delà, la démarche agenda 21 devra se trouver un second souffle, d’autant plus difficile du fait que cet outil est peu lisible pour l’ensemble de nos concitoyens.

 En conclusion, nous devrions nous saisir de cette opportunité et lancer une véritable dynamique au delà des clivages partisans et surtout du marketing politique. Il faudrait se poser de nouvelles questions et en tentant d’y apporter des réponses plus collectives et partagées. Aujourd’hui, ce dont souffre finalement cet outil relève de sa difficulté à mobiliser le plus grand nombre et en particulier tous les acteurs locaux.  Pour y remédier, il faudrait continuer à innover, rassembler pour mettre en évidence cette opportunité à saisir. Surtout, en adoptant un discours où le développement durable n’est pas une contrainte supplémentaire à accepter. Passer d’une démarche moins culpabilisante « comment vous les méchants pollueurs vous allez réparer vos fautes ? ! » à une démarche plus positive, plus engageante « comment mettre en place les outils durables du dynamisme de Pontivy? » Il reste encore plus d’un an avant de finaliser ce projet … Je ne manquerai pas d’y apporter à nouveau mon point de vue

Ouest France  - Pages Pontivy

agenda 21 Pontivy

Télégramme - Pages Pontivy

telegramme-Agenda-21.jpg

Pontivy Journal

Pontivy-Journal-Agenda-21.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Soizic Perrault

engagée au cœur de la Bretagne ...
Voir le profil de Soizic Perrault sur le portail Overblog

Commenter cet article